Le centre archéologique

Le centre archéologique

La grotte Scladina a été découverte par des archéologues amateurs en 1971. Les premières fouilles scientifiques commencent en août 1978, à l’initiative du Service de Préhistoire de l’Université de Liège, en collaboration avec le Cercle archéologique sclaynois.

Depuis 1983, le «Projet Scladina» est confié à l’ASBL Archéologie Andennaise. Aujourd’hui, cette association gère le site, la conservation des vestiges, les études et les publications. Elle demeure, sur le territoire belge, le seul chantier de fouille permanent pour la préhistoire ancienne.

Actuellement, le «Projet Scladina» bénéficie des soutiens financier, logistique et intellectuel de différentes institutions : la Ville d’Andenne et le FOREM pour l’emploi, l’Université de Liège, la Direction de l’Archéologie du SPW et le Service du Patrimoine culturel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, pour les recherches, la conservation des vestiges, les publications et la diffusion auprès des différents publics.

Site archéologique majeur dans le paysage wallon, la grotte Scladina est un centre de formation professionnelle unique en Belgique. Son but ? Initier les futurs archéologues aux techniques d’investigation en stratigraphie. Depuis le début des recherches, plus de 1000 étudiants en archéologie, belges et étrangers, ont participé aux fouilles à Scladina et ont contribué à la mise au jour des fossiles préhistoriques.

Le site a d’abord été reconnu pour son importance archéologique. Les premiers travaux ont permis d’identifier deux importantes occupations moustériennes. Estimées, l’une à 110.000 et l’autre à 38.500 ans, elles ont livré des milliers de silex taillés et des ossements d’animaux chassés qui permettent de comprendre le mode de vie des Néandertaliens.

Depuis le début des fouilles à Scladina, les techniques d’investigation sur le terrain ont considérablement évolué. Aujourd’hui, les fouilles verticales et horizontales sont combinées pour préciser la position stratigraphique des vestiges, seule garantie de leur contemporanéité. Les coordonnées de localisation des découvertes sont enregistrées puis repositionnées dans un modèle 3D du chantier de fouille.

Riche de plusieurs centaines de milliers d’ossements animaux, Scladina est un des sites de référence pour l’étude des faunes préhistoriques du Pléistocène supérieur. L’Ours des cavernes est le plus représenté ; il  côtoie un cortège faunique très varié, comprenant des carnivores et des herbivores de toutes les tailles. Exhumé à partir de 1990, l’Enfant néandertalien de Sclayn est la découverte paléoanthropologique majeure des 20e et 21e siècles en Belgique. Selon les analyses de ses racines dentaires, il s’agirait d’une fillette. Les stries de croissance de l’émail suggèrent un âge au décès de 8 ans et quelques jours. D’une de ses molaires de lait a été extrait de l’ADN vieux de près de 88.000 ans !